Réouverture des Arènes d’Oran : Un nouveau souffle à défaut d’une nouvelle vie

dans Actualités/Culture

Hirak oblige et une fois n’est pas coutume, ce n’est pas les officiels  qui se sont chargé de l’inauguration de la réouverture des Arènes de la ville d’Oran après une énième restauration. Ainsi, pas moins de 300 personnes ont  donc répondu présents à l’invitation de l’association  Bel-Horizon et de l’établissement public de gestion du parc  d’attraction et des loisirs de la  wilaya d’Oran, nouvellement désigné, pour assurer la gestion de ce joyau patrimonial.  Seule et dernière Arènes d’Afrique du Nord après la destruction de ceux de Casablanca au Maroc en 1971.

Les Arènes d’Oran sont peut être à deux doigts de connaître le même sort. Cela serait pour le moins  dommageable pour une ville  dont on ne cesse de remémorer le passé espagnol tout en  poursuivant, comme si de rien n’était, la  destruction massive du patrimoine espagnol ou de culture espagnole.

Il faut toutefois mettre au crédit des pouvoirs publics locaux l’initiative de cette «restauration»  très partielle du monument après la débandade du secteur de la culture. Le programme proposé à cette occasion par l’association Bel-Horizon et l’Office de gestion du parc d’attraction et de loisirs, comporte l’exposition d’une maquette intitulée “Oran, une ville de fortifications” réalisé par les  bénévoles de l’association et le représentant de l’Oran médiéval. Un film d’animation pour enfants et adultes sur la tauromachie non violente intitulé “Ferdinand” du nom du taureau de combat baba cool, pacifique et aimant les fleurs.

Enfin  une visite explicative et historique sur les Arènes avec quelques éclaircissements sur les problématiques dont souffre le bâtiment. A cet effet, il est programmé une visite guidée en juillet prochain qui sera réservée prioritairement aux architectes en vue d’étudier ou tout au moins de discuter des «souffrances» du monument.

D’autres activités à caractère culturel sont d’ores et déjà programmées, entre autres la rencontre à la fin du mois en cours avec l’écrivain Wassini Laraadj qui vient d’écrire un roman dont le personnage principal est le dernier matador qu’a connu les Arènes d’Oran.

La restauration, qui a permis la réouverture des Arènes a porté essentiellement sur le confortement des piliers qui soutiennent les gradins et qui furent sérieusement endommagés par l’injection de 1200 tonnes de béton sur des voûtains de briques, lors d’une opération de restauration entreprise qui durera de 2009 à 2012 et aboutira à leur fermeture pour ne pas dire à leur… condamnation.

L’opération d’aujourd’hui qui a duré 5 mois, de septembre 2018 à janvier 2019 est quelque peu réconfortante pour  les amoureux du patrimoine qui espèrent une possible remise en ordre de l’emblématique bâtiment.

Aujourd’hui, et à l’occasion de leur réouverture, les experts ont autorisé, et du bout des lèvres, l’utilisation d’à peine le tiers de la capacité des Arènes.  Soit à peine 3000 places sur les 10 000 initiales.

Quel devenir pour les Arènes d’Oran?

La question n’a pas encore trouvée de réponse notamment auprès des nouveaux gestionnaires du site qui semble-t-il,  sont à la recherche d’idées nouvelles pour une exploitation rentable, en rapport avec leur raison d’être, en l’occurrence l’attraction foraine et le loisir. Mais aussi, en rapport avec les caractéristiques techniques du bâtiment. Ce qui n’est pas aussi  évident que cela, vu l’état de la structure.

Cela est d’autant plus problématique que la question de l’utilisation des Arènes à leur pleine capacité, risque de traîner encore longtemps eu égard au peu d’intérêt que l’on porte au patrimoine oranais. Dans tout les cas l’association Bel-Horizon, compte bien faire des Arènes une &tape incontournable dans les circuits touristiques qu’elle propose .

Samir Slama.